L’assurance-vie, la poche préférée des français

Une adaptabilité au gré des mœurs

L’enveloppe fiscale qu’est l’assurance-vie n’a pas fini de faire parler d’elle en France. Ce contrat d’assurance, qui a pour objet la garantie d’une épargne à moyen ou long terme tant que l’assuré reste en vie, évolue au gré des évolutions sociétales. Effectivement, le législateur a le souci de faire évoluer le contrat en rapport direct avec des facteurs sociaux et sociétaux. La garantie du fonds en euros, l’utilisation des unités de compte pour pouvoir diversifier son portefeuille et mettre un pied dans la gestion d’actif, l’ouverture des contrats Euro croissance, ainsi que plus récemment, les contrats Vie Génération, autant de possibilité d’épargne qui mettent en lumière la nécessité pour la 1ère enveloppe fiscale française de s’adapter aux contextes, mais aussi aux attentes des clients.

>> A lire également : Les SCPI en 2019 : une collecte record

L’assurance vie : une collecte en perpétuelle augmentation

En 2019, la collecte avait battu son précédent record avec 25,9 Milliards d’euros comparé au 21,5 Milliards d’euros de 2018 (chiffres issus de la Fédération Française de l’Assurance). De plus, les Français ont effectué pour 144,6 Milliards d’euros de versements sur leurs contrats (+3,5% sur un an), alors que les rachats eux sont stables avec 118,7 Milliards d’euros.  Effectivement, l’encours global de l’assurance-vie ne fait qu’augmenter. Il était de 1 788 Milliards d’euros pour 2019, soit une progression de 6% sur un an, et au cours du premier trimestre 2020, l’encours se rapproche rapidement des 1 800 Milliards.

Ce phénomène n’est pas prêt de s’arrêter et risque de s’amplifier, après le passage du Livret A au taux de 0,5% au lieu de 0,75% en date du 1er février 2020. La collecte risque donc de progresser encore plus vite. Bien que les rendements des supports en fonds en euros diminuent inéluctablement, ils sont encore supérieurs au rendement plafonné du Livret A. Il est ainsi primordial de ne pas tomber dans la sur-sécurité. L’assurance-vie permettant de diversifier son capital, avec des supports en unité de compte, qui sont rappelons le, des supports d’investissement de valeurs mobilières ou immobilières. Ces unités de compte, bien qu’elles ne garantissent pas le capital épargné, ouvrent néanmoins de belles perspectives de rendement supérieur à l’inflation.

Un placement financier indémodable et indispensable

Mais l’assurance-vie va plus loin. Évidemment, l’enveloppe fiscale à plusieurs avantages fiscaux. Mais au-delà et de façon générale, l’assurance-vie est un instrument de transmission du patrimoine, un instrument d’optimisation du capital, mais aussi et surtout de plus en plus, un instrument de préparation à la retraite.

Sa fiscalité avantageuse sur les gains en cas de rachat et ces abattements pour durée de détention du contrat en font une poche indispensable dans la construction d’une stratégie patrimoniale. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Avec plus de 38 millions de bénéficiaires, le contrat d’assurance-vie a différentes utilisations. Il est toujours en adéquation avec les objectifs et profils des épargnants, même si les contrats multisupports sont de plus en plus sollicités justement pour aller chercher des rendements plus élevés. Ces rendements, que les seuls supports fonds en euros ne peuvent plus offrir. Une allocation ciblée vers des unités de compte diversifiés en actions, obligations et même si le contrat le permet, en SCPI doit être mise en œuvre pour contrer la diminution du fonds en euros.

Le défi de l’assurance-vie est de fait de se renouveler continuellement, pour profiter des avancées législatives et s’adapter aux différents contextes et besoins des épargnants.

Vous êtes intéressé par l’investissement dans un contrat d’assurance vie ? Prenez contact avec notre cabinet de gestion de patrimoine indépendant à Paris.



Demander une simulation gratuitement !Cliquez-ici !
+ +